LIVRES PUBLIÉS

 

« Docudrame » littéraire et historique qui a pour thème la vie des parents de Guillaume le Conquérant, ce Bâtard devenu duc de Normandie et roi d’Angleterre, des personnages mal connus dont la postérité n’a retenu que la légende.

Légende présente aussi dans ce livre, pleinement assumée, quand les sources se taisent ou font preuve de flou artistique et que l’auteur se plaît à imaginer quels choix ont pu faire ses héros, quels furent leurs rêves, leurs pensées et leurs sentiments.


Un livre d’histoire qui se lit comme un roman, entre conquête amoureuse et chevauchées guerrières, complots et moments de paix, vie quotidienne et destins exceptionnels.


Il met en scène les batailles menées par Robert le Magnifique sur le territoire français et le suit dans le pèlerinage qu’il entreprend à Rome et à Jérusalem en 1035, avec une escale à Constantinople, à la cour de l’empereur de Byzance.

On y découvre aussi les épisodes tragiques qui jalonnent l’enfance de Guillaume le Conquérant, soutenu par sa mère, Herleva, toujours présente dans son sillage.


Prix du livre d’Histoire de la Ville d’Aumale 2012.


Vous pouvez vous le procurer chez votre libraire favori ou directement par mail : catherine.laboubee@orange.fr. 25 euros.

La biographie d'une femme d'exception qui se pensait ordinaire, basée sur de nombreuses recherches, des témoignages inédits et sur le cahier qu'elle a elle-même écrit dès son retour de déportation, avant de mourir en 1952, minée par les traitements subis pendant ses interrogatoires et sa détention.

Suzanne Savale, bonne bourgeoise de l'agglomération rouennaise, fut parmi les premiers à s'engager dans la résistance.

Le cahier qu'elle a rempli en rentrant de déportation, tout de suite, "à chaud", avant de disparaître, épuisée, en 1952, est le cœur du livre que je lui consacre.

Ce texte, écrit entre la fin avril 1945 et juin de la même année (et donc extrêmement rare car peu de "revenants" se sont exprimés si tôt), est exempt de tous les angles arrondis que donne le passage du temps. C'est un constat exceptionnel dans sa forme, qui était inaccessible au public depuis presque 70 ans. Quelle fierté pour une historienne de pouvoir le transmettre !


Vous pouvez vous le procurer chez votre libraire ou directement par mail : catherine.laboubee@orange.fr. 18 euros.

« Alice Guy était une réalisatrice exceptionnelle, d’une sensibilité rare, au regard incroyablement poétique et à l’instinct formidable. Elle a écrit, dirigé et produit plus de mille films. Et pourtant, elle a été oubliée par l’industrie qu’elle a contribué à créer. »

Martin Scorsese


Est-il encore besoin de présenter Alice Guy aujourd’hui ? On aimerait dire que non, se récrier, avancer qu’elle est si importante qu’elle est inoubliable… Mais il faut se rendre à l’évidence : si la première femme à mettre des films en scène, la première au monde, dès 1896, et française qui plus est, est célébrée comme il se doit dans la plupart des endroits du monde, on ne peut dire que la France ait été de ceux-là. Et en cette année 2018, cinquante ans exactement après son décès, le cinéma français rend enfin hommage à Alice au Festival de Cannes…

Cette réédition de ses mémoires, écrits dans les années cinquante, en est la preuve. Mémoires d’une femme hors du commun, inventive, créative, sans arrêt en éveil, qui a su s’imposer dans un milieu où elle n’avait pas sa place de façon évidente, et si féminine aussi… Indispensable.


Vous pouvez vous le procurer chez votre libraire ou directement par mail : catherine.laboubee@orange.fr. 20 euros.

TOO MUCH CLASS... DOGS, L’HISTOIRE

« Bonsoir, on s’appelle les Dogs et on vient de Rouen »…


Cette phrase a ponctué le début de tous les concerts de ce groupe hors sa ville, de ses débuts en 1973 au mois de septembre 2002, où sa carrière s’arrête brusquement lors d’un concert aux États-Unis. Dominique Laboubée, chanteur, auteur, compositeur et leader du groupe, meurt quelques jours plus tard, le 9 octobre.


Ce livre retrace une carrière atypique, celle d’un groupe qui a défendu les valeurs du rock’n’roll pendant trente ans, au mépris des modes et des courants.


Un album plus qu’un livre au sens strict, ou plutôt les deux, à parts égales. Un texte riche et dense, émouvant souvent, empreint d’amitié et de connivence quels que soient les intervenants, soutenu par plus de 200 photos, des documents inédits, des dessins, des manuscrits de Dominique…


Un hommage rendu à ce groupe « culte », ancré pour toujours dans la mémoire de nombreux et fervents admirateurs, dans le monde entier.


Vous pouvez vous le procurer chez votre libraire favori ou par mail : catherine.laboubee@orange.fr. 35 euros.

Le Prisonnier de la Tour n’est autre que Robert Courte-Heuse (1051-1134), le fil aîné de Guillaume le Conquérant. Quelque peu oublié de l’Histoire, il y a pourtant toute sa place, même si son parcours a souvent été éclipsé par celui de son petit frère, Henri Ier Beauclerc, chouchou des chroniqueurs.

Sa vie, pavée d’embûches et de moments forts, a été marquée par l’aura d’un père omniprésent et peu partageur de son pouvoir, un père qu’on ne peut qu’admirer, mais qui ne laisse aucune place à autrui.

Duc de Normandie, héros emblématique de la première croisade, Robert traversera bien des épreuves face à la soif de pouvoir de ses frères, et passera les trente dernières années de sa longue vie en prison en Angleterre après sa défaite à Tinchebray.


Après Herleva et Robert le Magnifique, Catherine Laboubée, fidèle à son goût pour le partage des histoires de l’Histoire, fait revivre l’aîné de leurs petits-enfants, cet homme attachant, agaçant parfois, qui a traversé presque un siècle et deux continents, et fait voyager le lecteur de la Normandie au sud de l’Italie, de l’Écosse en Palestine, en ces temps qui nous paraissent rudes et reculés alors qu’ils sont aussi lumineux et flamboyants, bien plus qu’on ne le croit.


Vous pouvez vous le procurer chez votre libraire favori ou directement par mail : catherine.laboubee@orange.fr. 20 euros.